Type de diplôme : Diplôme d'Etat

Diplôme d'Etat de Masseur-Kinésithérapeute

Domaine : Sciences, Technologies, Santé

  • Voir la page en français
  • Niveau d'études visé

    BAC +5
  • Durée

    4 ans
  • Langue(s) des enseignements

    Français

Présentation

Le Masseur Kinésithérapeute (MK) est un professionnel de santé spécialisé dans la rééducation des troubles du mouvement, de la motricité et des altérations des capacités fonctionnelles. Le MK intervient dans l’ensemble des spécialités médicales (traumatologie, rhumatologie, cardiologie, pédiatrie, gériatrie, sport, pneumologie, neurologie…) car l’altération de chacun des systèmes physiologiques peut participer à la limitation de la mobilité, depuis le nouveau-né jusqu’à la personne âgée.

C’est une profession qui requiert un engagement physique et moral ainsi que des aptitudes dans les interactions humaines et le toucher. A partir d’un examen clinique des capacités motrices, le MK élabore un diagnostic fonctionnel qui prend en compte les facteurs personnels et environnementaux du patient. Puis, en considérant les pratiques recommandées, il choisit des thérapeutiques manuelles, physiques, instrumentales ou éducatives. Acteur de santé, c’est également un professionnel en charge de la promotion, individuelle ou collective, de la santé et de la prévention en général. Par ailleurs, il peut concourir à la formation initiale, continue et à la recherche.

La formation en institut de formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK) prépare à l’obtention d’un Diplôme d’Etat (DEMK) indispensable pour l’exercice professionnel, libéral ou en hospitalier. Le DEMK, délivré par la DRJSCS, requiert la validation des 240 ECTS de la formation des 8 semestres en IFMK.  Les admissions en IFMK se font après une première année de Licence validée (PASS ; LAS ; STAPS ; SCIENCES). La formation préparatoire au DEMK s’étend sur 4 années, avec 40 % du temps de formation en stage clinique.

Son exercice est défini par le code de la santé publique aux articles L. 4321-1 à L. 4321-22 et R. 4321-1 à R. 4321-145.

Instituts partenaires de formation et d’admission : 

Partenaire d’admission IFMK FONDATION EFOM www.efom.fr Directrice : Me LANGLOIS KARINE karine.langlois @ efom.fr  

Partenaire d’admission IFMK ADERF Directeur : Jacques Monet ecole.kinesitherapie.paris @ aderf.fr  

Institut partenaire de formation :

Partenaire de formation AVH (association Valentin Hauy) Ecole pour déficient visuel www.cfrp-avh.fr 

Instituts partenaires d’admission : 

Partenaire d’admission ENKRE http://www.hopitaux-saint-maurice.fr/Presentation/2/142 Directeur : Daniel Michon 

Partenaire d’admission APHP http://cfdc.aphp.fr/ifmk/ Directrice : Isabelle Aboustait 

Partenaire d’admission ASSAS https://www.ecoledassas.com/ Directeur : Jean jacques Debiemme 

Partenaire d’admission CEERRF http://ceerrf.fr/ Directeur : Aranud cerioli

Objectifs

La formation d’un masseur-kinésithérapeute vise l’acquisition de connaissances et les apprentissages technologiques requis. Elle doit également apporter au futur masseur-kinésithérapeute les connaissances nécessaires à l’exercice de son métier et lui permettre de développer les capacités qui assureront son expertise comme praticien.

Les 2 volets principaux de la formation comprennent les sciences fondamentales et le développement des compétences cliniques. Les enseignements du premier volet sont articulés d’une part autour des sciences fondamentales (dont les sciences biologiques et médicales, les sciences du mouvement et les sciences humaines et sociales qui permettent de comprendre la singularité des patients et des situations professionnelles), et d’autre part, des savoirs et savoir-faire disciplinaires de kinésithérapie/physiothérapie.

Le deuxième volet consiste à développer les aptitudes, les capacités et les compétences nécessaires au futur professionnel : autonomie, adaptabilité, habileté gestuelle, analyse réflexive et critique de ses pratiques, capacité à apprendre tout au long de la vie, aptitude au travail en équipe et à la coordination, référencement aux recommandations scientifiques.

Savoir-faire et compétences

La formation vise l’acquisition de compétences cliniques cœur de métier et transversales aux acteurs de santé ; l’expérience en stage clinique est transformée en compétences par l’étude des situations et l’intégration de ces situations aux connaissances et aux recommandations de bonnes pratiques.

A l’issue de sa formation, le MK est en capacité de :

  1. Analyser et évaluer sur le plan kinésithérapique une personne, sa situation et élaborer un diagnostic kinésithérapique.
  2. Concevoir et conduire un projet thérapeutique en masso-kinésithérapie adapté au patient et à sa situation.
  3. Concevoir et conduire une démarche de promotion de la santé, d’éducation thérapeutique, de prévention et de dépistage.
  4. Concevoir, mettre en œuvre et évaluer une séance de masso-kinésithérapie.
  5. Etablir et entretenir une relation et une communication dans un contexte d’intervention en masso-kinésithérapie.
  6. Concevoir et mettre en œuvre une prestation de conseil et d’expertise dans le champ de la masso-kinésithérapie.
  7. Analyser, évaluer et faire évoluer sa pratique professionnelle.
  8. Rechercher, traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques.
  9. Gérer ou organiser une structure individuelle ou collective en optimisant les ressources.
  10. Organiser les activités et coopérer avec les différents acteurs.
  11. Informer et former les professionnels et les personnes en formation.

 

Niveau d'entréeBac+1

Public(s) cible(s)

  • Étudiant

Modalité(s) de formation

  • Formation initiale

Langue(s) des enseignementsFrançais

StageObligatoire (42 semaines de stages sur les 4 années)

Stage à l'étrangerOptionnel (3 mois)

Précision du rythme

8 semestres de formation, de début septembre à fin juin pour chacune des 4 années. 1980 heures d’enseignements théoriques et pratiques à l’IFMK. 1470 heures de formation clinique.

Programme

Organisation de la formation

La formation s’étend sur 4 années, après une première année de Licence validée, et est répartie en 2 cycles de 2 ans. C’est une formation à la fois universitaire et professionnalisante.

Les 32 Unités d’enseignements sont réparties en trois domaines :

– Enseignements fondamentaux :

  • santé publique, sciences biomédicales, sciences de la vie et du mouvement, sciences humaines et sociales ;
  • sémiologie, physiopathologie et pathologie dans les champs musculosquelettique, neuro-musculaire et cardio-respiratoire.

– Sciences et ingénierie en kinésithérapie :

  • théories, modèles et méthodes;
  • évaluations, techniques et outils d’intervention.

– Apprentissages et approfondissement :

  • méthodes de travail, de recherche documentaire et de recherche clinique ;
  • construction du raisonnement clinique, formation aux compétences  cliniques à partir des expériences de stage et démarche de professionnalisation ;
  • élaboration d’un mémoire d’initiation à la démarche de recherche

 

 Les UE stages représentent 42 ECTS sur 240 ECTS des 4 années, réparties sur 7 stages cliniques en pratique hospitalière et ambulatoire.

 

L’objectif général du Cycle 1 est l’étude de l’homme sain et la compréhension des situations de soins. La 1re année est centrée sur les savoirs fondamentaux nécessaires à la compréhension des pratiques professionnelles, à la découverte des formes d’exercice et la responsabilité d’exercice. La 2e année est orientée vers l’acquisition de la démarche de raisonnement clinique, la sémiologie et l’évaluation clinique.

L’objectif général du Cycle 2 est de former à agir avec compétence dans les situations de soins.

Il a pour finalité la mise en projet et la réalisation d’actes en situation réelle. Il est organisé pour permettre à l’étudiant la mise en œuvre des onze compétences. La 3e année est centrée sur l’élaboration du diagnostic kinésithérapique, la conception des interventions et l’acquisition des savoir-faire. La 4e année permet l’approfondissement des compétences cœur de métier ainsi que la mise à distance de l’exercice professionnel et les pratiques réflexives.

Stages

La formation comprend 7 périodes de stages cliniques ou hors cliniques réalisées sur les lieux d’exercice des masseurs kinésithérapeutes, en alternance avec des périodes d’enseignement en IFMK, pour un temps total de stages de 42 semaines sur les 4 années.

Pendant les temps de stage, l’étudiant se trouve confronté à la pratique MK auprès des  patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein d’équipes de professionnels. Les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels utilisés dans les activités sont mis en évidence par les tuteurs qui encadrent l’étudiant et par le formateur dans les rencontres avant et après les périodes de stages. Des analyses de pratique sont effectuées en lien avec les unités d’enseignement et d’intégration. Ainsi, les structures d’accueil sont des lieux de mobilisation, d’intégration et d’acquisition des connaissances, par l’observation, la contribution aux soins. L’analyse de la pratique contribue à développer chez l’étudiant la pratique réflexive nécessaire au développement des compétences en masso-kinésithérapie.

Contrôle des connaissances

L’organisation des épreuves d’évaluation et de validation est à la charge des IFMK. Cette organisation ainsi que les modalités de semestrialisation sont présentées pour avis à l’Instance pédagogique compétente en début d’année de formation et les étudiants en sont informés par la direction de l’institut. Les enseignements semestriels donnent lieu à deux sessions d’examen par an. Les résultats aux contrôles de connaissances des UEs sont présentés à la commission d’attribution des crédits, présidée par le directeur de l’IFMK et en présence du référent de l’université partenaire de formation. 30 ECTS doivent être validées par semestre (arrêté du 2/09/2015 modifié).

Les ECTS de stages sont attribués semestriellement dès lors que l’étudiant remplit les conditions énoncées à l’article 12 de ce même arrêté.

Tutorat

Des formes diverses de tutorat visent l’optimisation des apprentissages, que ces derniers soient expérientiels, méthodologiques ou fondamentaux. Le parcours de formation tient compte de la progression de chaque étudiant dans l’acquisition des compétences. Par la prise en considération du projet de formation et du projet professionnel de l’étudiant, le parcours permet de développer l’autonomie et la responsabilité de l’étudiant qui construit son cheminement vers la professionnalisation.

A l’IFMK, un référent individuel assure le suivi de la formation de l’étudiant, met en œuvre le processus d’auto-évaluation, ainsi que les conditions d’identification des points forts et des points faibles de l’étudiant. Ce tutorat concourt également à la transmission des valeurs professionnelles et au développement du projet professionnel. Le référent pédagogique d’année participe au suivi de la scolarité (validation aux contrôles des connaissances, présence, investissement, participation…).

Lors de la formation clinique, la progression de l’étudiant dans l’acquisition des compétences est formalisée dans le portfolio et accompagnée par le tuteur de stage, Masseur kinésithérapeute. Ce dernier est garant de la qualité et de la sécurité des soins ; il accueille, intègre et organise le stage de l’étudiant.

Le tutorat étudiant est dépendant des dynamiques des « bureaux des étudiants » en charge de ce sujet. Il est soutenu par les équipes pédagogiques des IFMK.

Aménagements particuliers

En fonction des IFMK, des aménagements d’études peuvent être proposés : Sportif de Haut Niveau (SHN), étudiant en situation de handicap, etc.

Par ailleurs, en fonction des IFMK, des parcours spécifiques peuvent être proposés : double cursus master/MK ; stage de recherche ; accès aux masters post DEMK…

Admission

Conditions d'admission

Conformément à l’arrêté du 17/01/2020 et dans la continuité de la réforme de santé, les admissions en IFMK font suite à une première année de Licence validée (PASS ; LAS ; STAPS ; SCIENCES). Les voies d’accès dépendent des conventionnements d’admissions entre les universités partenaires et les IFMK. Chaque université rend visibles les parcours permettant l’accès aux études de MK.

Des enseignements ou coefficients spécifiques peuvent participer à la sélection des candidats. Ces conditions sont annoncées par l’université partenaire.

Des conditions particulières d’admission sont réservées aux candidats concernés par les articles 25 et 27 de l’arrêté du 2/09/2015.

Les clefs de la réussite

  • Pré requis à l’entrée en année de sélection, (première année de Licence selon l’arrêté du 17/01/2020 relatif aux admissions en études MK) :
    • dépendant de la voie d’accès sélectionnée, c’est-à-dire fonction du type de Licence (PASS ; L.AS ; STAPS ; SCIENCES…)
  • Pré requis à la réussite de l’année de sélection :
    • validation de la première année de Licence et classement en rang utile.
  • Pré requis à la formation :
    • Prédisposition au contact humain et au toucher
    • Être intéressé par les questions de santé et les questions sociales
    • Disposer de qualités humaines et de capacités relationnelles : écoute, dialogue, adaptabilité, accompagnement
    • Disposer d’une maîtrise de l’expression écrite et orale
    • Avoir de l’intérêt pour les sciences du mouvement et la démarche scientifique
    • Être dans un processus professionnalisant

Choix de spécialités recommandés pour les élèves de 1ère et Terminale intéressés par la formation :

Au moins 1 des 3 SPE suivantes (se référer aux sites des universités qui assurent la sélection) :

SPE SCIENCES de la VIE et de la TERRE

SPE PHYSIQUES

SPE MATHS

Modalités de candidature

Deux périodes de candidature :

Première période en post BAC : via la plateforme parcours sup, pour l’accès à l’année de Licence qui assure la sélection en vue de l’entrée en formation en IFMK.

Chaque IFMK dispose de voies d’accès qui lui sont spécifiques (universités et filières) et consultables sur son site web. Le candidat, qui souhaite intégrer un IFMK de son choix, doit donc se renseigner au préalable sur les filières proposées par les universités partenaires de cet IFMK, de façon à candidater à une première année de licence (PASS ; L.AS ; STAPS ; SCIENCES), tel que prévu par les conventionnements entre l’université et l’IFMK.

Seconde période à l’issue de la L1 validée : via l’université, le candidat fait le choix d’intégrer un des IFMK partenaires de l’université de sa L1, en fonction de son rang de classement. Les IFMK partenaires sont indiqués sur le site de chacune des universités.

 

Et après ?

Poursuite d'études

En fonction des dispositions spécifiques des IFMK, des parcours spécifiques peuvent être proposés : double cursus master/MK ; stage de recherche ; accès aux masters post DEMK…

 

 

Passerelles

Se référer au décret n°2019-1125 du 4/11/2019 relatif à l’accès aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie et de maïeutique.

 

Taux de réussite

99 % *

* 99% de réussite au DEMK pour les étudiants présentés en sessions 1 et/ou 2 du semestre 8 de la formation.Le taux de réussite transmis par la DRJSCS, autorité compétente pour la délivrance du DEMK se base sur le taux de diplômés  (Nombre de diplômes délivrés sur nombre de candidats présentés en session 1 et/ou 2 du semestre 8). Seuls les étudiants ayant validé les 210 ECTS des 7 premiers semestres de la formation peuvent être présentés au jury final organisé par la DRJSCS.Ainsi, ce taux de réussite ne prend pas en compte les variations de temps de formation qui pourrait résulter de redoublement, de césure ou d’une interruption.

Insertion professionnelle

Le rapport d’activité 2017 des formations paramédicales en Ile de France indique un taux d’insertion pour les jeunes diplômés de l’année n-1, en établissement de santé, y compris médico-social, de 44% et en secteur ambulatoire de 56%.

Pour information, l’exercice est à 85%, ambulatoire pour l’ensemble des masseurs-kinésithérapeutes (Données du conseil National de l’Ordre des MK).

 

Référentiels

Référentiel RNCP

  • 25857

Contact(s)

Composante(s)

  • Directeur(trice)
    Karine Langlois

    Directrice IFMK - Fondation EFOM Boris Dolto

    Email : karine.langlois @ efom.fr

Contact(s) administratif(s)

  • Fabienne Marizy

    Adjointe à la Directrice IFMK Fondation EFOM Boris Dolto

    118 bis, rue de Javel75015 ParisTél : 01 77 68 35 58

    Email : fabienne.marizy @ efom.fr

  • Adeline Morin

    Documentaliste et chargée des admissions IFMK Fondation EFOM Boris Dolto

    118 bis, rue de Javel75015 ParisTél : 01 77 68 35 59

    Email : adeline.morin @ efom.fr

A lire aussi

Formation | Université de Paris
Covid-19 – Appel à mobilisation

Première université médicale de France, Université de Paris a un rôle particulier à jouer dans la crise sanitaire à laquelle le pays fait face. Si l’ensemble des personnels médicaux de l’université est totalement engagé dans la lutte menée dans les CHU, le soutien d’Université de Paris va au-delà. De nombreux laboratoires en dehors du secteur santé sont mobilisés et proposent un soutien matériel comme humain. Merci à toutes et tous de cet engagement.

Formation | Université de Paris
Appels à projet Recherche Covid-19

Pour accéder à des financements immédiatement tout en aidant à lutter contre la pandémie Covid-19, retrouvez ici les différents appels à projets en cours mis à jour régulièrement.

Formation | Université de Paris
DISCOVERY : essai clinique européen contre le Covid-19

Débuté le 22 mars 2020, Multi-centre, adaptive, randomized trial of the safety and efficacy of treatments of COVID-19 in hospitalized adults est l’essai clinique européen destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19.

Formation | Université de Paris
Comment battre de nouveaux records au 200 mètres ?

Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n’a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques venaient au secours du sport pour comprendre comment dépasser ces records ? Grâce à un modèle mathématique, Amandine Aftalion, chercheuse du CNRS au Centre d’analyse et de mathématique sociales (CNRS/EHESS), et Emmanuel Trélat, chercheur de Sorbonne Université au Laboratoire Jacques-Louis Lions (CNRS/Sorbonne Université/ Université de Paris) ont démontré que la forme des pistes d’athlétisme pourrait être optimisée afin d’atteindre de nouveaux records. A prévoir : des lignes droites plus courtes et des rayons plus grands. Ces travaux sont publiés dans Royal Society Open Science le 25 mars 2020.

Logo

Contact

85 boulevard Saint-Germain 75006 Paris
(33) (0)1 57 27 90 00