Master Santé Publique (M1)

Domaine:Santé

  • Voir la page en français
  • Niveau d'études visé

    BAC +4
  • Composante de la formation

Présentation

La formation a pour but d’acquérir des connaissances et compétences en santé publique, tant dans le domaine de l’épidémiologie et l’évaluation en santé (recherche clinique et médicamenteuse, évaluation médico-économique, évaluation des soins, …), de façon générale ou plus spécifique (par exemple dans le cadre des soins infirmiers, de la douleur, ou des conduites addictives), que dans celui du management des établissements de santé.

Ce master s’adosse à des équipes de recherche labellisées dans ces différents domaines.

Niveau d'entréeBac+3

Modalité(s) de formation

  • Formation initiale
  • Formation continue
En savoir +

Programme

Organisation de la formation

La première année du master (M1) correspond à 60 ECTS (European Credit Transfer System) et est organisée en deux semestres ; après un tronc commun de 30 ECTs couvrant la plupart des domaines de la santé publique (biostatistique, épidémiologie, génétique, éthique et déontologie), les étudiants choisissent 18 ECTs en fonction de leur projet personnel et professionnel, puis effectuent un stage de 2 mois avec rapport écrit. A noter que 30 ECTS sont acquis par les étudiants ayant validé un 2e cycle des études de santé. 

La seconde année (M2) propose 6 spécialités différentes listées ci-dessous, avec outre la validation de crédits d’enseignement spécifiques, un stage de 6 mois d’initiation à la recherche. 

1. Méthodes en évaluation thérapeutique: biostatistique, épidémiologie clinique 
2. Management des établissements de santé 
3. Thérapeutique: Du concept au bon usage des produits de santé 
4. Evalutation économique et Aide à la décision 
5. Soins et santé publique: méthodes et applications 
6. Recherche clinique en Addictologie

La sélection des étudiants se fait en juin, sur dossier, par le jury constitué de chaque responsable de parcours de M1 et des spécialités de M2. Tout étudiant ayant une licence peut proposer sa candidature.


Détail des enseignements.

Au total, le M1 regroupe 16 UEs, chacune de 6 ECTs, tabulées ci-dessous. Six d’entre elles constituent le tronc commun du M1. Les 10 autres sont des UEs optionnelles dont le choix, cependant guidé lors du deuxième semestre, orientera l’étudiant vers l’une ou l’autre des 6 spécialités

 

  Tronc Commun 
              UE1 Méthodes en épidémiologie clinique 
              UE2 Biostatistique et logiciel statistique R 
              UE3 Déontologie et droits du patient 
              UE4 Introduction à la recherche qualitative 
              UE5 Problématiques de santé publique
              UE6 Ethique et Epistémologie


   

UE libres Intitulé
 UE7 Modélisation statistique 
 UE8 Lecture et critique des articles médicaux
 UE10 Epidémiologie clinique : Intérêts et limites des biomarqueurs
 UE11 Epidémiologie génétique et Intégrative 
 UE12 Recherche en santé publique appliquée à la santé orale  
 UE15 Pharmacologie clinique et générale
 UE20 Management et organisation des soins      
 UE22 Prévention, intervention précoce     
 UE23 Conduite d’un projet de recherche clinique : de l’idée au recueil des données   
 UE24 Evaluation médico-économique et Information médicale 

Contact(s)

Composante(s)

Lieu(x) de la formation

  • Site Bichat

Campus

  • Site Bichat

Contact(s) administratif(s)

  • Laura Benin

    Email : laura.benin @ univ-paris-diderot.fr

A lire aussi

Formation | Université de Paris
A la croisée des disciplines

Porté par les UFR Études Anglophones et Informatique, le projet RELIA, Recherche En Licence Informatique et Études Anglophones, illustre la richesse d’un apprentissage interdisciplinaire. Un exemple de pédagogie innovante par et à la recherche soutenu par l’IDEX.

Formation | Université de Paris
VAE : ouverture des candidatures

Les personnes intéressées par la Validation des acquis de l’expérience (VAE) sont invitées à déposer leur candidature à partir du 1er avril 2020.

Formation | Université de Paris
La première classification moléculaire des tumeurs hypophysaires ouvre de multiples champs de recherche et de médecine personnalisée

Paris, 20 janvier 2020 – Les tumeurs hypophysaires, deuxièmes tumeurs cérébrales les plus fréquentes, disposent désormais d’une classification moléculaire précise, complète et objective, avec la perspective de mieux prédire et comprendre le comportement de certains sous-types de tumeurs et d’ajuster les traitements. C’est ce que révèle une étude réalisée par les équipes de recherche de l’Institut Cochin (Inserm, Université de Paris, CNRS), associées à l’Hôpital Foch et l’Hôpital Cochin AP-HP, publiée début janvier dans la revue internationale Cancer Cell (publication complète ici).

Formation | Université de Paris
Trouver mon master

Le portail national « trouvermonmaster.gouv.fr » propose un panorama détaillé de tous les diplômes nationaux des établissements d’enseignement supérieur français accessibles après une licence. Découvrez, sans tarder, la diversité de l’offre de masters d’Université de Paris !

Logo

Contact

85 boulevard Saint-Germain 75006 Paris
(33) (0)1 57 27 90 00